Le développement durable : l’énergie éolienne

Vous pouvez consulter aussi :

Les énergies et EDSB : l’énergie éolienne

éolienne en Roussillon (France)
Fermes éoliennes en Languedoc-Roussillon.

La promotion des sources d'énergies renouvelables figure au premier rang des priorités de la Communauté Européenne. C'est également un élément important pour respecter le protocole de Kyoto relatif à la réduction des gaz à effet de serre. En 1997, en France, 15 % de la consommation électrique était couverte par des énergies renouvelables. L'objectif est d'arriver à 21 % en 2010.

Les efforts portent à la fois sur les économies d'énergie et sur le développement des énergies renouvelables où l'éolien tient une place importante.

La Programmation Pluriannuelle des Investissements de Production d'électricité de mars 2005 fixe un objectif de 2000 à 6000 MW de production d'électricité d'origine éolienne, dont 500 à 1500 MW d'origine off shore (en mer) d'ici 2007, alors que seulement 240 MW étaient installés fin 2003.

Le briançonnais, comme l'ensemble du Nord du département des Hautes Alpes, ne semble pas très adapté au développement de l'éolien si l'on se réfère aux extraits ci-dessous de l'«étude paysagère de cadrage des projets éoliens dans les Hautes Alpes » réalisée par la DIREN (disponible ici).

Sensibilité du Briançonnais vis-à-vis de l'éolien

Crêtes souvent rocheuses, effilées, inaccessibles, dominant des versants boisés et raides : sites non adaptés à un chantier éolien. Par ailleurs ces reliefs peuvent constituer des arrières plans très perçus, des silhouettes de crêtes et pics emblématiques ou remarquables pour le département.

Enfin les fonds de vallées, habités et cultivés, ne sont pas à l'échelle d'un parc éolien.

Le briançonnais est ainsi classé en zone de sensibilité majeure pour l'éolien ce qui conduit à interdire ou fortement déconseiller l'implantation d'éolienne  à proximité :

  • du patrimoine protégé (site classé ou inscrit, OGS, ZPPAUP, monument historique, loi littoral, zone centrale du parc national des Ecrins)
  • des lignes de crête et cols majeurs
  • des paysages identitaires : vallée remarquable, terroir agreste, forêt reconnue, clue. Leur renommée n'est pas toujours nationale pourtant ils participent totalement à l'image et aux paysages "de carte postale" des Hautes Alpes c'est pourquoi ils sont réputés de sensibilité majeure.
  • des silhouettes bâties, ensembles urbains, villages perchés, éléments ponctuels de patrimoine bâti.