Les actualités d'EDSB en 2016

Voir aussi les actualités en :

Sommaire

EDSB contribue à la protection des bouquetins avec le Parc national des Écrins (décembre 2016)
EDSB, SEVE et BBE présentent leurs activités (décembre 2016)
Les régimes règlementaires pour les centrales de production d’hydroélectricité. (décembre 2016)
Réunion publique sur le projet du Petit Tabuc. (novembre 2016)
Création de la société GDSEVE. (octobre 2016)
EDSB soutient 14 associations solidaires. (octobre 2016)
L’origine de l’électricité distribuée à nos clients en 2015. (septembre 2016)
Des nouvelles du chantier Énergie Développement Cervières (EDC)… (septembre 2016)
Comment des intérêts privés peuvent compromettre l’intérêt général. (août 2016)
Évolution des tarifs au 1er août 2016. (août 2016)
Bilan financier 2015 pour EDSB. (juillet 2016)
EDSB, filiale et participations. (juillet 2016)
Le Sénat à l’écoute d’EDSB. (juillet 2016)
Pour GE (Ex-Alstom), Pont Baldy est un projet pilote. (juin 2016)
Le chantier de la centrale hydroélectrique EDC de Cervières. (juin 2016)
EDSB, un acteur du bassin d’emploi : embauches et apprentissages. (juin 2016)
Le Chèque Énergie. (mai 2016)
Quelques informations sur le Linky. (mars 2016)
Le chantier du poste source des Sagnes redémarre. (mars 2016)
Des tarifs bleus toujours plus verts… (février 2016)
Le temps de coupure en 2015 à Briançon et Saint Martin de Queyrières (février 2016)
Réunion publique sur le projet du Gros Riou (janvier 2016)
2016 : Meilleurs Vœux à tous ! (janvier 2016)

 

 

EDSB contribue à la protection des bouquetins avec le Parc national des Écrins (décembre 2016)

Mickaël, frère ou cousin d'Électron, porte déjà son collier GPS.
Mickaël, frère ou cousin d'Électron, porte déjà son collier GPS.
M. Pierre Commenville, directeur du Parc national des Écrins reçoit Marc PLaton, Nicole Gallice et David Bas, d'EDSB. Puis Marc Platon et Pierre Commenville signent la convention.
M. Pierre Commenville, directeur du Parc national des Écrins reçoit Marc PLaton,
Nicole Gallice et David Bas, d'EDSB. Puis Marc Platon et Pierre Commenville signent la convention.

Le Parc national des Écrins a mis en place un programme de suivi des bouquetins. Ce programme, qui a pour but de mieux connaitre l'espèce, se déroule en partie sur la population de bouquetins des Cerces dans le Briançonnais.

EDSB s'est donnée notamment comme mission une utilisation des énergies renouvelables et une intégration de ses aménagements en prenant le plus possible en compte les espaces naturels et les espèces. "Le fait qu'EDSB apporte son soutien à une des missions du Parc est tout à fait dans la philosophie de notre société", souligne Marc Platon, directeur d'EDSB.

Au travers d’une convention de partenariat signée le 19 décembre, une aide de 3000 € a ainsi été attribuée au Parc national des Écrins pour équiper un bouquetin des Cerces supplémentaire avec un collier GPS. Les colliers fonctionnent sur batteries et ont une autonomie de 3 ans maximum. Chaque bouquetin porte alors un nom. Celui d’EDSB, un mâle, sera baptisé « Électron ».

Cette capture sera effectuée au printemps.

À suivre !

 

EDSB, SEVE et BBE présentent leurs activités (décembre 2016)

En haut, Jean Luc Dumay présente la SEVE sous l'œil de Marc PLaton, et en bas, Thierry Bouchié parle de BBE.
En haut, Jean Luc Dumay présente la SEVE sous l'œil de Marc PLaton,
et en bas, Thierry Bouchié parle de BBE.

Le 8 décembre, le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural (PETR) du Briançonnais, des Écrins, du Guillestrois et du Queyras réunissait à L’Argentière-La Bessée les maires des 38 communes qui le composent pour faire le point sur ses activités et présenter les programmes en cours. Dans un second temps, la réunion a été ouverte au public, afin de sensibiliser celui-ci au programme TEPCV (Territoires à énergie positive pour la croissance verte).

Acteurs majeurs de la production, de la distribution et de la fourniture d’énergie aux habitants du territoire, Marc Platon pour EDSB, Thierry Bouchié pour BBE (dont 42% du capital est détenu par EDSB) et Jean Luc Dumay pour la SEVE (dont 35% du capital est détenu par EDSB) ont ainsi présenté les activités de leurs sociétés, puis répondu aux nombreuses questions du public.

Des questions plutôt « pointues » d’un public bien informé. La transition énergétique est en marche !

 

Réunion publique sur le projet du Petit Tabuc. (novembre 2016)

Le vallon du petit tabuc, en amont de la prise d'eau.
Le vallon du petit tabuc, en amont de la prise d'eau.

Le 28 septembre s’est tenue une réunion publique dans la salle du Lautaret au Monêtier les Bains. En présence des élus de la commune et de nombreux membres d’associations (Gens du Casset, Amis du Casset, Association de Défense des usagers du Service Public, Haute Guisane…), les représentants d’EDSB ont présenté le projet de construction d’une microcentrale hydraulique sur le Petit Tabuc.

Ce projet porté par EDSB depuis plus de deux ans a fortement évolué durant cette période. Les contraintes imposées par le Parc National des Écrins et la forte animosité initiale des riverains, ont amené l’entreprise à revoir sa copie. En effet la société, forte de ses valeurs de service public, après de nombreux échanges avec les détracteurs du projet, a aménagé celui-ci afin d’en améliorer l’acceptabilité tout en conservant son intérêt stratégique pour le territoire concerné et sa rentabilité.

L’aménagement ainsi modifié, est plus modeste et forcément plus discret. Il permettra cependant de produire annuellement de l’ordre de 2 millions et demi de kWh, soit l’équivalent des besoins en électricité d’un millier de foyers environ. De nombreuses questions ont suivi l’exposé du directeur de projet, David Bas, notamment sur la justification stratégique de la centrale, sa rentabilité dans la durée, l’impact des travaux puis de l’aménagement lui-même sur le Petit Tabuc, l’avenir des glaciers…

La grande majorité des participants a reconnu l’écoute dont a fait preuve EDSB auprès des tiers concernés pour aboutir à un projet bien intégré dans le paysage et aux nuisances maitrisées. De nombreuses personnes, membres d’associations, ont, à l’issue de la réunion, fait part aux intervenants de leur satisfaction.

Dans les jours qui suivirent, le conseil municipal, à l’unanimité, a validé ce projet et a confié sa réalisation concrète à EDSB. Le feu vert de la Commune étant ainsi donné, EDSB déposera en 2017 un dossier de demande d’autorisation auprès des services préfectoraux.

 

Création de la société GDSEVE. (octobre 2016)

Les installations photovoltaïques de plus de 100 kWc à portée de GDSEVE !
Les installations photovoltaïques de plus de 100 kWc à portée de GDSEVE !

GDSEVE a pour but de répondre aux appels d’offres CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) concernant la construction d’installations photovoltaïques de plus de 100 kWc (kilo Watt crête) sur toitures, sur ombrières ou le cas-échéant au sol. Cette nouvelle possibilité permettra à la SEVE (via GDSEVE) de répondre aux sollicitations locales de ce type.

GDSEVE est la contraction de GDS (Générale du Solaire) et de SEVE (Soleil Eau Vent Énergie), les deux sociétés qui se sont associées à égalité dans cette nouvelle Société par Actions Simplifiées. Pour rappel, la SEVE est une société d’économie mixte locale détenue majoritairement par les collectivités (principalement la CCB et la commune de Puy Saint André) des personnes physiques et EDSB pour 35 % du capital.

Depuis sa création la SEVE a construit des installations photovoltaïques dont le prix d’achat subventionné n’est valable que pour des installations de moins de 100 kWc.

Nous souhaitons bonne chance à la nouvelle structure GDSEVE qui permettra de répondre aux besoins locaux, par une structure d’ancrage locale capable de rentrer dans le schéma national de déploiement des énergies renouvelables.

 

EDSB soutient 14 associations solidaires. (octobre 2016)

Madame Francine Daerden remet les chèques aux associations briançonnaises.
Madame Francine Daerden remet les chèques aux associations briançonnaises.

Mercredi 12 octobre, EDSB a eu le plaisir de recevoir dans ses locaux 14 associations briançonnaises pour leur remettre des chèques visant à améliorer la vie quotidienne des personnes en situation de handicap ou de précarité. Les chèques, d’un montant total de 10 000 euros ont été distribués par Madame Francine Daerden, adjointe au Maire et présidente du conseil de surveillance d’EDSB en présence de plusieurs élus de la commune de Briançon, actionnaire majoritaire de la SEM EDSB.

Les associations soutenues sont les suivantes :

  • Alpes regards
  • Arbre de vie
  • Aren 05
  • Croix rouge
  • Secours catholique
  • Midi chaud épicerie de la solidarité
  • Resto du cœur
  • Secours populaire
  • Éclaireuses et éclaireurs de France
  • Solidarité handicapés
  • Accueil de jour en Briançonnais
  • Nouvel envol
  • Altitude 82 4000
  • AFIHA (Fibromalgie)

 

L’origine de l’électricité distribuée à nos clients en 2015. (septembre 2016)

Provenance de l’électricité consommée par les clients d’EDSB
Provenance de l’électricité consommée par les clients d’EDSB.
origine de l’électricité achetée à EDF
Origine de l’électricité achetée à EDF.
origine de l’électricité consommée par nos clients, par filière de production
Origine de l’électricité consommée par nos clients, par filière de production.

Dans le cadre de l’article 5 du décret n°2004-388 du 30 avril 2004, les distributeurs et les producteurs qui comme E.D.S.B. vendent de l’électricité aux consommateurs finals sont tenus de les informer sur l’origine de l’électricité fournie dans les conditions prévues ci après :

  1. Les différentes sources d’énergie primaires utilisées pour produire l’électricité qu’ils ont commercialisée au cours de l’année qui précède
  2. La contribution de chaque source d’énergie primaire à leur offre globale d’électricité au cours de l’année précédente.
  3. La référence des publications dans lesquelles les consommateurs peuvent trouver les informations relatives à la quantité de dioxyde de carbone ou de déchets radioactifs générée par la production d’un kWh à partir de la totalité des sources d’énergie primaire utilisées par l’opérateur.

Dans le respect de ce décret, voici les éléments utiles en ce qui concerne l’électricité fournie par EDSB à ses clients.

Sur le graphique supérieur, la provenance de l’électricité consommée par les clients d’EDSB. La part production locale est directement liée aux conditions hydrologiques de l’année (plus ou moins de neige, de précipitations), et aux conditions d’ensoleillement (photovoltaïque). Cependant, pour répondre à la demande globale de nos clients, tout ce qui n’est pas produit localement étant nécessairement acheté à notre fournisseur, une faible demande globale augmente donc mécaniquement la part de production locale.

Sur le graphique du milieu, l’origine de l’électricité achetée par EDSB – et produite au niveau national par EDF – qui serait celle que consomment nos clients sans aucune production locale. Retrouvez le détail sur le site edf.fr ici et les engagements environnementaux d'EDF ici (changement climatique), (biodiversité) et (enjeux de l'eau).

Sur le graphique inférieur, l’origine de l’électricité consommée par nos clients, par filière de production, en ajoutant les productions hydrauliques et photovoltaïques locales et nationales.

Au fil des mises en service des futures centrales hydrauliques et photovoltaïque d’EDSB, par rapport aux années antérieures, on note que les importations d’électricité diminuent mécaniquement, et la part d’électricité renouvelable (hydraulique, photovoltaïque) est de plus en plus prépondérante sur le nucléaire.

 

Des nouvelles du chantier Énergie Développement Cervières (EDC)… (septembre 2016)

Bâtiment usine

Après terrassement, le radier de propreté a été coulé.
1/ Après terrassement, le radier de propreté a été coulé
#
2a/ Ferraillage et coulage de la dalle inférieur du puisard. Il s’agit de la salle qui recueillera les eaux turbinées avant le rejet dans la Cerveyrette.
#
2b/ Ferraillage et coulage de la dalle inférieur du puisard. Il s’agit de la salle qui recueillera les eaux turbinées avant le rejet dans la Cerveyrette.
Elévation des murs du puisard et coulage du radier de propreté de l’étage turbine.
3/ Élévation des murs du puisard et coulage du radier de propreté de l’étage turbine.
#
4a/ Ferraillage et coulage de la dalle de l’étage turbine.
#
4b/ Ferraillage et coulage de la dalle de l’étage turbine.
#
5a/ Élévation des murs de l’étage turbine.
#
5b/ Élévation des murs de l’étage turbine.

Pour la mise hors d’eau, il reste à couler le quai de déchargement qui devra supporter les camions et leurs chargements (à titre d’exemple, l’alternateur à lui seul pèse 17T), élever les murs principaux de la centrale, du transformateur, du local de commande et des équipements électriques. La charpente devrait être mise en place fin septembre.

Conduite Forcée

Plus des 2/3 des 2500 m linéaires de la conduite forcée ont été posés. Les passages sous la RD et au niveau des Chalmettes sont terminés.
6/ Plus des 2/3 des 2500 m linéaires de la conduite forcée ont été posés. Les passages sous la RD et au niveau des Chalmettes sont terminés.
Le passage dans les éboulis est pratiquement terminée.
7/ Le passage dans les éboulis est pratiquement terminée.

Il reste à enfouir la conduite forcée au niveau de la carrière d’extraction pour la raccorder au bassin dessableur situé au pont des Aïtes (mi-octobre).

Prise d’eau

La Cerveyrette a été busée. Pour cela nous avons fait réaliser une pêche électrique de sauvegarde par une entreprise spécialisée en lien avec les autorités administratives.
8/ La Cerveyrette a été busée. Pour cela nous avons fait réaliser une pêche électrique de sauvegarde par une entreprise spécialisée en lien avec les autorités administratives.
Par la suite, les engins ont terrassé l’emplacement du mur barrage, du dessableur et du bassin de mise en charge.
9/ Par la suite, les engins ont terrassé l’emplacement du mur barrage, du dessableur et du bassin de mise en charge.
Les travaux de génie civil ont démarré par le radier du dessableur, et devraient durer encore 2 mois pour se terminer par la construction du mur barrage et la mise en place des équipements de vidanges.
10/ Les travaux de génie civil ont démarré par le radier du dessableur, et devraient durer encore 2 mois pour se terminer par la construction du mur barrage et la mise en place des équipements de vidanges.

Les entreprises vont travailler sur le site de prise d’eau jusqu’à fin octobre. Les équipements et le local de commande devront être terminés avant les premières chutes de neiges.

Les équipements comme la turbine, le transformateur, l’alternateur, les armoires électriques vont être livrés avant la fin de l’année, pour une installation cet hiver.

Il ne faut donc pas tarder…

 

Comment des intérêts privés peuvent compromettre l’intérêt général. (août 2016)

Lignes aérienne à remplacer par des lignes souterraines.
Lignes aérienne à remplacer par des lignes souterraines.

Depuis plusieurs années, EDSB applique un plan d’enfouissement des lignes électriques dont elle est concessionnaire.

C’est ainsi que fin 2015, plus de 65 % du réseau 20 000 volts et basse tension est souterrain. Ces efforts, au-delà de l’aspect esthétique indéniable, permettent en outre de sécuriser l’alimentation des Briançonnais et des Saint-Martinous, dans une région où le climat neigeux est peu favorable à la technique des câbles aériens.

Il n’en demeure pas moins que, souvent, un intérêt particulier, provenant parfois d’un résident très saisonnier, vienne empêcher le déroulement de ces opérations importantes pour l’environnement et la collectivité.

Ainsi, dans les objectifs d’EDSB figure l’enfouissement de 1 700 m linéaires de câbles aériens 20 000 Volts ainsi que la dépose corrélative de 21 pylônes. La ligne qui serait déposée, à proximité immédiate du quartier historique de Briançon, part du Fort des Têtes et rejoint d’une part le Champ de Mars, enjambant la Durance au niveau du célèbre Pont d’Asfeld, au pied des fortifications, et d’autre part le hameau du Fontenil (lignes bleues hachurées sur le schéma du réseau ci-contre).

Pour assurer le bouclage du réseau électrique, cette dépose doit être compensée par un câble souterrain à tirer dans une gaine et sous une route déjà existantes, sur 200 m, afin de relier les postes de distribution « Moulin » et « Relevage » (ligne rouge sur le schéma).

Mais voilà… le propriétaire d’un tronçon de cette route, depuis plusieurs années, n’autorise pas EDSB à passer ce câble, au motif d’une querelle de voisinage et souhaiterait que l’entreprise interfère dans ce différend auquel elle est complètement étrangère.

Il est regrettable que des résidents (a fortiori saisonniers) puissent ainsi compromettre des actions vertueuses pour l’environnement et destinées à fiabiliser l’alimentation de nombreux citoyens. Ce n’est hélas pas la première fois qu’EDSB se heurte à ce type de situation. Mais, en l’occurrence, la société n’en restera pas là et va vraisemblablement s’orienter vers une démarche plus administrative, quoique plus lourde, afin de démontrer l’intérêt général de cette opération et obtenir gain de cause.

 

Évolution des tarifs au 1er août 2016 (août 2016)

Évolution des tarifs au 1<sup>er</sup> août 2016

En tant que fournisseur historique, EDSB applique les Tarifs Réglementés de Vente de l’électricité (TRV) que seuls EDF et les Entreprises Locales de Distribution sont autorisées à pratiquer.

Comme chaque année, ces tarifs de vente ainsi que le Tarif d’Utilisation du Réseaux Public d’Électricité et la tarification des prestations annexes évoluent. Après étude des propositions émanant de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), le Gouvernement valide les nouvelles grilles tarifaires applicables par obligation.

Ainsi, au 1er août ces prix ont évolué en moyenne de :

  • Tarif Réglementé de Vente, Résidentiel ≤ 36kVA : – 0,50% HT
  • Tarif Règlementé de Vente, Non-Résidentiel ≤ 36kVA : – 1,50% HT
  • Tarif d’Utilisation du Réseaux Public d’Électricité BT : +1,1% (dans le TRV)
  • Prestations annexes : identique à N – 1, hormis la Mise en Service sur installation existante qui baisse de 3,92% HT.

Votre facture d’électricité se décompose en 2 grandes parties : le tarif de votre abonnement et de votre consommation en kWh (acheminement inclus), ainsi que les taxes qu’EDSB collecte et reverse aux organismes concernés. Ces différentes composantes sont donc soumises à de nombreuses sources d’évolution.

Ainsi, au 1er août 2016, les particuliers se voient appliquer pour leur domicile un Tarif Bleu Résidentiel qui, toutes taxes incluses, a évolué à la baisse hormis pour les petites puissances souscrites (voir tableau ci-contre).

TARIF BLEU RÉSIDENTIEL – Simple tarif (option sans heures creuses)

puissance Abonnement annuel en €
1/1/2016 1/8/2016 écart (%)
354,1556,072,98%
688,4296,509,14%
9117,20111,35-4,99%
12180,11172,78-4,07%
15206,57199,59-3,38%
18237,59228,56-3,80%
24505,49491,85-2,70%
30624,69594,30-4,87%
36723,39698,64-3,42%
puissance Consommation pour 1kWh en centimes
1/1/2016 1/8/2016 écart (%)
315,0315,644,07%
615,0314,49-3,59%
de 9 à 3615,0314,62-2,71%

TARIF BLEU RÉSIDENTIEL – Double Tarif (option avec heures creuses)

puissance Abonnement annuel en €
1/1/2016 1/8/2016 écart (%)
694,46100,516,41%
9126,52117,50-7,12%
12204,77183,25-10,51%
15237,26212,05-10,63%
18266,84239,84-10,12%
24566,75502,22-11,39%
30670,13607,96-9,28%
36771,23712,93-7,56%
Consommation pour 1kWh en centimes
créneau 1/1/2016 1/8/2016 écart (%)
Heures Pleines 16h/2416,3915,60-4,69%
Heures Creuses 8h/2411,2012,7010,43%

Avec ces nouveaux tarifs, le consommateur final peut se réjouir de voir légèrement baisser sa facture d’électricité, même si dès l’automne le Gouvernement imposera une hausse rétroactive des tarifs 2014-2015 dont les montants seront décidés prochainement. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de la mise en oeuvre de ce dispositif dès publication au Journal Officiel des barèmes de rattrapage à appliquer.

 

Bilan financier 2015 pour EDSB (juillet 2016)

La pico centrale du débit réservé de Pont Baldy inaugurée en octobre 2015.
La pico centrale du débit réservé de Pont Baldy inaugurée en octobre 2015.

Comme chaque année, les comptes de la société EDSB pour l’année 2015 ont été arrêtés par le directoire fin mars 2016 et, après un examen en conseil de surveillance, ils ont été validés fin juin par l’assemblée générale ordinaire en présence du commissaire aux comptes.

L’année 2015 a été une des plus sèches depuis des décennies et peu froide. Cependant, malgré une hydraulicité plus faible et une consommation très moyenne en matière de chauffage, les produits d’exploitation sont globalement en hausse de 1,4%. Ceci est dû en particulier au turbinage en année pleine de la nouvelle centrale du Fontenil et au démarrage en cours d’année de la pico centrale de turbinage de débit réservé à Pont Baldy, ainsi que, plus généralement, à une amélioration globale du rendement des machines et à une très bonne disponibilité de celles-ci.

Concernant les charges, malgré une baisse des charges externes de 2,2%, les charges d’exploitation sont en hausse de 1,9%. Cette augmentation est essentiellement due à l’augmentation des dotations aux amortissements liées aux investissements réalisés par EDSB dans les outils de production et la sécurisation du réseau (centrale du Fontenil, poste source des Sagnes…).

Les charges financières progressent du fait des intérêts d’emprunt contractés et les charges exceptionnelles en 2015 pèsent lourd dans le résultat puisque une dépréciation du fonds de commerce a été réalisée suite à la perte des tarifs règlementés pour les puissances souscrites supérieures à 36 kVA.

L’ensemble de ces données aboutit à un résultat net après impôts en baisse par rapport à l’année 2014, en très grande partie lié à la dépréciation évoquée ci-dessus.

Le ratio résultat net rapporté au chiffre d’affaires est de 9,7% et demeure d’un très bon niveau.

En résumé, on peut conclure que malgré une année peu pluvieuse et tempérée, ainsi qu’une charge exceptionnelle liée à la perte des clients professionnels et collectivités, EDSB a su maintenir le cap avec de bons résultats, supérieurs aux prévisions initiales validées en conseil.

EDSB travaille pour l’avenir. Les investissements qui coûtent aujourd’hui en amortissement sont générateurs de produits futurs et favorisent la tenue de la trésorerie. La dépréciation du fonds de commerce en 2015 annonce de son côté l’arrivée de dividendes en 2017 de la filiale EDSB l’agence qui clôturera son exercice fin 2016 et qui a déjà plus que doublé le nombre des contrats professionnels et collectivités anciennement détenus par la maison mère.

 

EDSB, filiales et participations (juillet 2016)

Début des travaux pour la microcentrale hydroélectrique de Cervières.
Début des travaux pour la microcentrale hydroélectrique de Cervières.
L'école de Pont de Cervières (Briançon) équipée de panneaux solaires par la SEVE.
L'école de Pont de Cervières (Briançon) équipée de panneaux solaires par la SEVE.

Le 21ème siècle a vu le monde de l’énergie connaitre une révolution sans précédent avec la loi sur la Nouvelle Organisation du Marché de l’Énergie dont les effets, depuis 2010 ont été de plus en plus perceptibles au cours des années et, plus récemment, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

L’évolution de la règlementation a forcé les différents énergéticiens, du plus gros au plus modeste, à oublier leurs habitudes et à adopter de nouvelles méthodes de travail.

EDSB, ancienne régie électrique devenue SEM en 1991, exploitait, jusqu’en 2010, 3 centrales hydrauliques, la centrale photovoltaïque des tennis couverts de Briançon, assurait la gestion des réseaux électriques de Briançon et Saint Martin de Queyrières et alimentait ses clients au tarif règlementé.

Le contexte a évolué et cela mérite un petit historique :

  • 2011 : EDSB participe pour 35 % à la création de la SEM Soleil Eau Vent Énergie qui développe la production photovoltaïque dans le Briançonnais. À ce jour, cette société a équipé sa treizième toiture et la production photovoltaïque sur le réseau EDSB a franchi le seuil du MWc en puissance installée.
  • 2012 : Afin de fournir une alternative au chauffage fioul, EDSB participe pour 42 % dans la création de la société BBE, Briançon Biomasse Énergie qui a obtenu la délégation de service public pour construire le réseau de chaleur briançonnais alimenté par une chaufferie bois, aménagement de ce type le plus important de la région PACA.
  • 2013/2014 : EDSB construit puis met en service la microcentrale du Fontenil, première centrale incluse dans ses actifs, les autres appartenant à l’État ou aux collectivités.
  • 2015 : EDSB construit puis met en service le turbinage du débit réservé de l’aménagement de Pont Baldy, ouvrage concédé par l’État.
    L’année 2015 voit également la naissance de deux sociétés :
    • la SEM Énergie Développement Cervières (EDC) destinée à construire la microcentrale hydroélectrique de Cervières en partenariat avec la commune du même nom.
    • la filiale de commercialisation EDSB l’agence, créée pour anticiper la fin des tarifs règlementés de vente début 2016.
  • 2015 donne également le coup d’envoi de la construction d’un poste source 63kV/20kV dont la vocation est de sécuriser sur le long terme l’alimentation des habitants des deux communes dont EDSB est concessionnaire : Briançon et Saint Martin de Queyrières
  • 2016 : EDC débute la construction de la microcentrale de Cervières (3,3 MW) qui sera exploitée par EDSB dès 2017.

Depuis le 1er janvier 2016, du fait d’une alimentation des clients professionnels à partir d’offres de marché, assurée par sa filiale, EDSB assure 85 % des besoins de ses clients particuliers (tarifs bleus) avec de l’énergie hydraulique en dédiant à ces derniers l’ensemble de la production hydraulique des cinq microcentrales qu’elle exploite désormais.

EDSB l’agence, la filiale de commercialisation a ainsi signé plus de 460 contrats « jaunes et verts » en offre de marché (EDSB en détenait environ 220 avant le 1er janvier 2016) avec ses clients professionnels et collectivités, essentiellement dans les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute Provence.

L’année 2016 verra aussi la création deux nouvelles sociétés :

  • L’une détenue à 50% par EDSB et à 50 % par une filiale d’EDF, et qui portera le nom de Société Hydraulique Des Hautes Alpes, SHDHA, qui porte un projet hydroélectrique dans le pays des Écrins.
  • L’autre, GD-SEVE, détenue à 50% par la SEVE et à 50% par Générale du Solaire qui sera en capacité de répondre aux appels d’offres de la Commission de Régulation de l’Énergie pour les aménagements de puissance photovoltaïque supérieure à 10 kWc.

Cinq années durant lesquelles le fournisseur historique a fait des choix de diversification nécessaires, d’extension de son périmètre de chalandise, de sécurisation du réseau, conciliant en permanence les nouvelles règles qui s’imposent dans chacun de ses métiers.

Le futur est, quant à lui, chargé de projets multiples, à l’étude ou déjà soumis à l’approbation de l’Administration.

D’une régie en 1924, puis d’une SEM en 1991, EDSB s’entoure ainsi d’un petit groupe d’entreprises qu’elle contrôle pour certaines et auxquelles elle participe activement pour d’autres. Le fil conducteur d’EDSB demeure de rester fidèle à ses valeurs de service public, de satisfaire l’ensemble de ses clients par sa proximité et son écoute et d’inculquer ses principes à ses sociétés « filles ».

 

Le Sénat à l’écoute d’EDSB(juillet 2016)

La délégation : de gauche à droite, Mme Lamure, M. Cannevet, M. Magnat (1er vice-président de la CCI 05), M. Vaspart, Mme Morhet-Richaud, M. Kennel.
La délégation : de gauche à droite, Mme Lamure, M. Cannevet, M. Magnat (1er vice-président de la CCI 05), M. Vaspart, Mme Morhet-Richaud, M. Kennel.

Créée le 12 novembre 2014 à l’initiative de Gérard Larcher, Président du Sénat, la délégation sénatoriale aux entreprises est chargée d’informer le Sénat sur la situation et les perspectives de développement des entreprises en vue d’encourager la croissance et l’emploi dans les territoires. À cette fin, elle s’est fixée comme programme d’aller à la rencontre des entrepreneurs dans les territoires. Composée de 42 sénateurs, membres des différents groupes du Sénat, cette délégation a également pour objectif de recenser les obstacles à leur développement et de proposer des mesures visant à favoriser l'esprit d'entreprise et à simplifier les normes applicables à l’activité économique.

Le 30 juin 2016, la délégation sénatoriale aux entreprises est venue dans les Hautes-Alpes pour rencontrer des chefs d'entreprise.

La délégation était constituée de Élisabeth Lamure, Présidente de la délégation et Sénatrice du Rhône, de Patricia Morhet-Richaud, Sénatrice des Hautes-Alpes, de Michel Canevet, Sénateur du Finistère, de Guy-Dominique Kennel, Sénateur du Bas-Rhin et de Michel Vaspart, Sénateur des Côtes-d’Armor.

L'occasion de riches échanges. 

Pour répondre à la demande de la délégation, la CCI Hautes-Alpes a organisé une table ronde dans les locaux de son siège à Gap.

Divers thèmes ont été abordés face aux sénateurs parmi lesquels figurait celui des ressources naturelles comme levier essentiel du développement économique. Marc Platon, Directeur Général d’EDSB, a ainsi exposé les leviers et les freins au développement des centrales hydro-électriques. Il a notamment fait part des difficultés liées aux recours judiciaires systématiques contre les autorisations préfectorales ainsi que des contraintes résultant du classement des cours d’eau.

EDSB remercie les Sénateurs de la délégation aux entreprises pour l’intérêt qu’ils ont porté aux chefs d‘entreprises de notre département, et ne doute pas qu'ils sauront faire avancer les dossiers dans la bonne direction.

 

Pour GE (Ex-Alstom), Pont Baldy est un projet pilote (juin 2016)

1 : vue de la Centrale de Pont Baldy / 2 & 3 : les capteurs en place sur les paliers et l'arbre de l'alternateur / 4 : l'écran de contrôle du “Smartgen”.
1 : vue de la Centrale de Pont Baldy / 2 & 3 : les capteurs en place sur les paliers et l'arbre de l'alternateur / 4 : l'écran de contrôle du “Smartgen”.

L’énergie renouvelable est une énergie intermittente par nature et, au fur et à mesure que le marché grandit, la nécessité de répondre à cette problématique prend également de l’ampleur. Les fournisseurs d’hydroélectricité sont confrontés à des enjeux sans précédent concernant le mode d’exploitation de leurs centrales.

Les perspectives d’adaptation technique d’EDSB à cet environnement en pleine mutation peuvent être résumées en deux objectifs principaux : augmenter les intervalles entre deux révisions, et réduire la durée moyenne de réparation, le tout sans compromettre la sécurité des équipes de maintenance. Du fait de l’augmentation de la demande d’énergie, il devient de plus en plus important d’assurer un suivi et des diagnostics.

Dans ce contexte, un système de contrôle intelligent, capable de suivre la santé de la centrale et de détecter les pannes à un stade précoce, s’avère extrêmement précieux ; il permet de réparer la centrale le plus rapidement possible et de réduire ainsi au strict minimum les temps d’arrêt.

EDSB et General Electric (GE) collaborent depuis plusieurs dizaines d’années à la modernisation de la centrale de Pont Baldy et à l’optimisation de sa production d’énergie tout au long de sa durée de vie.

En 2012, l’arrivée de SMARTGEN, un système de contrôle automatisé, entièrement numérique, a permis à cette collaboration de se renforcer. Il en est résulté une gestion des opérations simplifiée, un gain de temps et une réduction des pertes.

Depuis décembre 2015, une nouvelle étape a été franchie : divers matériels comme les paliers, l’arbre de l’alternateur, et du groupe Francis de Pont Baldy sont contrôlés depuis le centre opérationnel de GE à Grenoble, à l’aide de à onze capteurs placés sur la machine.

Grâce aux données de températures enregistrées depuis trois ans, les éventuelles pannes et les opérations de maintenance peuvent désormais être anticipées automatiquement via une interface homme-machine (IHM). Cette dernière émet des recommandations sur l’attitude à adopter pour chaque diagnostic. Les composants défectueux sont facilement identifiés, et l’IHM fournit une aide précieuse en proposant des documents, des manuels et des rapports pertinents qui facilitent sensiblement le processus de réparation.

Développé par GE en collaboration avec EDSB, ce nouveau système de surveillance de l’état des équipements de Pont Baldy fait office de projet pilote. L’objectif est de prouver la valeur d’un système intelligent capable d’enregistrer des données « enrichies », d’émettre des diagnostics, d’évaluer la durée de vie restante des composants de la turbine, de calculer l’indice de santé de la centrale, d’émettre des recommandations en termes de conduite et de maintenance… et enfin d’obtenir un meilleur résultat pour la centrale.

Cette approche d’« assistant virtuel » diffère considérablement de la simple analyse de données brutes et de spectres complexes. La priorité est désormais accordée au producteur, car c’est lui qui détermine la bonne marche de la centrale.

Le marché hydroélectrique a changé ; de nouveaux défis se présentent désormais à l’ensemble des acteurs du secteur. EDSB relève ces défis en passant d’une stratégie de puissance nominale à une stratégie plus flexible.

 

Le chantier de la centrale hydroélectrique EDC de Cervières (juin 2016)

Le chantier de construction de la centrale hydroélectrique EDC de Cervières vient d'être lancé. Quelques explications sur son déroulement.

Poste de tri

La zone de tri en action.
La zone de tri en action.

Avant tout terrassement, il a fallu créer une zone de stockage pour les matériaux extraits et installer une cribleuse avec zone de tri. Sur cet emplacement, les matériaux sont triés (ou criblés) et placés en trois tas distincts pour être réemployés sur le site.

Bâtiment usine

L'emplacement du bâtiment usine.
L'emplacement du bâtiment usine.

Le terrassement des différentes plateformes est terminé, la grue de construction est installée. Le génie civil devrait durer jusqu’à fin août, avec une mise hors d’eau et hors d’air fin septembre.

Conduite Forcée

Livraison des tubes.
Livraison des tubes.

Les 2500 m linéaires de conduite en 2 épaisseurs différentes sont pratiquement livrés. Ainsi il est possible de trouver des tubes de 6 ou 13 m en 7.1 mm d’épaisseur pour 900 mm de diamètre et des tubes de 6 ou 13 m en 8.8 mm. Les différentes longueurs et coudes proviennent directement de l’usine de fabrication située au nord de Rome en Italie.

Soudure des tubes.
Soudure des tubes.

Chaque tube est dit « tulipé », c’est-à-dire avec un bout mâle et un bout femelle. Cet emboitement autorise quelques degrés de liberté pour caler la conduite avant soudure. Le soudeur est autonome et soude au fur et à mesure à l’aide d’un poste semi-automatique à fil fourré. Il est capable de souder 3 tubes en une seule journée. Chaque soudure est contrôlée puis protégée à l’aide d’un revêtement spécifique.

La conduite forcée est installée dans le sens de la montée. Elle sera enterrée à une profondeur minimale de 1,20 m à partir du haut du tube. Deux fourreaux vont être déroulés en parallèle. Le plus gros de Ø 160 mm servira à la liaison électrique entre l’usine et la prise d’eau et le plus petit de Ø 50 mm servira à la fibre optique pour le rapatriement des informations, alarmes et images des caméras. Ces fourreaux seront en PEHD qui possède une résistance supérieure à l’écrasement et une durée de vie plus élevée.

La conduite forcée et les fourreaux.
La conduite forcée et les fourreaux.

La conduite sera posée puis remblayée sous la chaussée pour le 30 juin. La partie située au niveau des jardins (secteur des Chalmettes) devrait ainsi débuter début juillet, pour se terminer à fin aout.

À partir de fin août, la pose de la conduite continuera en direction de la prise d’eau en passant par la carrière, pour une fin prévue à mi-octobre.

La partie visible du chantier devrait durer jusqu’aux premières chutes de neige. L’hiver sera consacré à la mise en place des équipements électromécaniques, et au réglage de ceux-ci.

 

EDSB, un acteur du bassin d’emploi : embauches et apprentissages (juin 2016)

Les ressources humaines, une composante essentielle du développement d’EDSB
Les ressources humaines, une composante essentielle du développement d’EDSB.

Le paysage énergétique européen a bien changé ces dernières années. Les grandes entreprises telles qu’EDF ou encore ENGIE ont réussi à s’adapter à la nouvelle règlementation, aux nouvelles contraintes multiples et complexes imposées par l’Europe. Mais à côté de ces immenses paquebots, quelques goélettes tentent de maintenir le cap et de résister à la véritable tempête qui secoue le monde des énergéticiens. EDSB fait partie de ces quelques esquifs que sont les Entreprises Locales de Distribution qui, malgré leur taille plus modeste, doivent appliquer les mêmes lois et les mêmes règles que les autres.

Certaines parlent de risques, de menaces et prévoient une issue funeste à leurs activités. Ce n’est pas le cas de votre fournisseur historique qui a su prendre les alizés et gonfler ses voiles vers un avenir prometteur.

Les maîtres mots de notre entreprise sont la satisfaction et le respect du client. Pour ce faire EDSB opte pour la sécurisation du réseau, le développement de son potentiel de production, la diversification de ses activités et l’extension de son périmètre de chalandise : sécurisation avec la construction d’un poste de transformation au lieudit Les Sagnes, développement avec la construction de nouvelles centrales hydroélectriques, diversification avec le projet de réseau de chaleur au Cœur de Ville, extension avec la création de sa filiale de commercialisation habilitée à fournir de l’électricité sur l’ensemble du territoire national.

L’année 2016 voit, en conséquence, l’activité de l’entreprise croître de façon très sensible et pour faire face à ces opportunités, l’entreprise a besoin de bras et de matière grise.

C’est ainsi que deux commerciales sont recrutées en CDI afin de consolider la force de vente du Pôle Clientèle. Une jeune apprentie est également embauchée en alternance pour deux ans, au service administratif. Côté technique, un monteur électricien est en cours de recrutement et rejoindra les rangs du Pôle distribution à l’automne.

Enfin un jeune étudiant va être intégré à l’équipe technique pour un apprentissage de 3 ans, qui le conduira à l’obtention de son diplôme d’ingénieur.

Former les jeunes, les familiariser avec le monde du travail avec un encadrement approprié et un suivi régulier, voilà qui fait également partie des valeurs d’EDSB et de sa participation active à la vie de la cité.

Transformer des menaces en opportunités, construire des passerelles plutôt que des murs, EDSB va de l’avant et entreprend pour construire un avenir meilleur.

 

Le Chèque Énergie (mai 2016)

Le chèque énergie entrera en vigueur le 1<sup>er</sup> janvier 2018
Le chèque énergie entrera en vigueur le 1er janvier 2018.

Prévu par l’article 201 de la loi de transition énergétique du 17 août 2015, le chèque énergie commence à être expérimenté en 2016. Le décret du 6 mai 2016 précise quant à lui les conditions de mise en place du nouveau dispositif. Il a vocation à se substituer aux tarifs sociaux de l’énergie actuellement applicables, à savoir le tarif de première nécessité (électricité) et le tarif spécial de solidarité (gaz naturel). Ces dispositifs prendront fin le 31 décembre 2017. Selon la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, le chèque énergie devrait concerner environ 4 millions de foyers.

Le chèque énergie est expérimenté depuis le 1er mai 2016 dans les départements suivants (avant une généralisation à l’ensemble du territoire prévue le 1er janvier 2018): l'Ardèche, l'Aveyron, les Côtes-d'Armor et le Pas-de-Calais. Les bénéficiaires de ces départements reçoivent leur premier chèque énergie par courrier à partir du 20 mai 2016. Le chèque énergie est un titre de paiement nominatif destiné à permettre aux ménages modestes de payer tout ou partie :

  • des dépenses d'énergie de leur logement (factures d'électricité, de gaz, d'achat de fioul, de bois, etc.) ;
  • ou des dépenses engagées au titre de certains travaux de rénovation énergétique du logement (achat de chaudière à haute performance énergétique, de matériaux d'isolation thermique des parois vitrées, de volets isolants, d'appareils de régulation de chauffage, etc.) ;
  • ou le loyer d'un logement dans un logement-foyer.

Le bénéfice du chèque énergie est ouvert aux ménages dont le revenu fiscal de référence est inférieur à :

  • 7 700 € pour une personne seule ;
  • 11 550 € pour un ménage de 2 personnes ;
  • 2 310 € par personne supplémentaire.

La valeur faciale du chèque énergie dépend du nombre de personnes composant le ménage et du revenu fiscal de référence du ménage. Ainsi, par exemple une personne seule ayant un revenu fiscal de référence compris entre 5 600 € et 6 699 € pourra bénéficier d'un chèque énergie de 96 €, un ménage de 2 ou 3 personnes, d'un chèque de 126 €, un ménage de 4 personnes ou plus, d'un chèque de 152 €.

Le chèque énergie est émis et attribué aux bénéficiaires par l'Agence de services et de paiement (ASP), au vu d'un fichier établi par l'administration fiscale. Les personnes concernées n'ont pas de démarche à effectuer : le versement est automatique.

Le chèque énergie est valable au cours de l'année civile de son émission et jusqu'au 31 mars de l'année suivante. Les bénéficiaires du chèque énergie bénéficient également :

  • de la gratuité de la mise en service et de l'enregistrement de leur contrat de fourniture d'électricité ou de gaz naturel ;
  • et d'un abattement de 80 % sur le montant d'un déplacement lié à une interruption de fourniture du fait d'un défaut de paiement.

 

Quelques informations sur le Linky. (mars 2016)

Les émissions électromagnétiques du compteur Linky.
Les émissions électromagnétiques du compteur Linky.
Les émissions électromagnétiques de quelques-uns de nos appareils électroménagers et informatiques
Les émissions électromagnétiques de quelques-uns de nos appareils électroménagers et informatiques.

Nous sommes à la veille d'un grand rendez-vous qui concernera l'ensemble des concitoyens :le nouveau compteur communicant Linky sera déployé dans chaque foyer de Briançon et de Saint Martin de Queyrières à partir de 2017 et jusqu’en 2024.

Moins de 6 mois après le vote de la loi de transition énergétique, il devrait être un outil essentiel pour permettre à nos concitoyens de comprendre et mieux maitriser leur consommation d'énergie. Cette opération de modernisation, réalisée par EDSB, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité́, suscite légitimement des questions, compte tenu des nouveaux usages que ce compteur permettra.

Linky est la nouvelle génération de compteurs d’électricité. Les compteurs équipant actuellement les foyers sont de différentes générations, la plus récente remontant aux années 1990. Depuis, la technologie a évolué et les nouveaux compteurs communicants Linky rendent possibles de nouveaux services pour les clients, les collectivités locales, les fournisseurs ou encore les producteurs. Linky présente de nombreux avantages. Les pouvoirs publics ont décidé de généraliser ces compteurs sur l’ensemble du territoire où plus de35 millions de compteurs devraient être remplacés dans les années qui viennent.

Un certain nombre d’informations exagérées ou fausses circulent sur les réseaux sociaux et dans la presse à propos du Linky. Afin que vous puissiez vous faire votre propre opinion, EDSB souhaite vous transmettre les informations suivantes :

  • Zéro Euros : Le client ne sera pas facturé lors de la pose du compteur.
  • 30 minutes : La durée moyenne de la pose du compteur.
  • Gain de temps pour le client : Les interventions courantes pourront en effet être effectuées à distance, sans rendez-vous et sans dérangement.
  • Tous les clients disposant d’un compteur Linky auront accès à leurs données de consommation via le portail client.
  • Conformément aux recommandations de la CNIL, les données de consommation appartiennent au client et ne peuvent être utilisées sans son accord.
  • Le compteur Linky est un instrument basse puissance, comparable aux compteurs électroniques dont les consommateurs sont déjà équipés. À l’intérieur du logement, le compteur Linky n’induit pas davantage de champs électromagnétiques que le compteur actuel.
  • La technologie CPL utilisée par le compteur Linky n’utilise pas d’émetteur radio pour communiquer : elle utilise les câbles électriques déjà existants pour y superposer le signal à transmettre pendant seulement quelques secondes par jour. L’équivalent d’un SMS transmis depuis un téléphone portable.
  • Le déploiement des compteurs communicants est un phénomène mondial. Aujourd’hui, plus de 313 millions de compteurs communicants sont installés en Europe, aux États-Unis et en Asie. Au sein de l’Union européenne, seize pays membres ont décidé un déploiement à grande échelle à horizon 2020. Parmi eux, 3 ont déjà fini leur déploiement : la Finlande, la Suède et l’Italie.

 

Le chantier du poste source des Sagnes redémarre. (mars 2016)

Le Poste source en construction, vu de la rue Bermont Gonnet.
Le Poste source en construction, vu de la rue Bermont Gonnet.

Après la trêve hivernale commencée en décembre, le chantier du poste source a repris début février. Les températures relativement clémentes et la faible quantité de neige ont permis à l’entreprise Allamanno, de l’Argentière la Bessée, de reprendre les travaux de génie civil ; ceux-ci sont pratiquement terminés aujourd’hui. Rapidement l’entreprise Massé, de Briançon, va débuter la pose des charpentes et des toitures, elle sera renforcée par l’entreprise Davin, de l’Argentière la Bessée, pour la pose des bardages mélèze des bâtiments.

Concernant l’aspect visuel, si vous passez dans les parages du chantier, vous pourrez voir une création d’artiste qui représente l’ouvrage terminé. Cette vue d’artiste est imprimée sur une bâche tendue sur les bungalows du chantier et observable depuis les tennis couverts de l’autre côté de la rue Bermont Gonnet. Elle représente les installations terminées lorsque l’observateur se trouve sur le parking de la patinoire, du côté de la Durance. Vous constaterez alors qu’un ouvrage, de nécessité purement technique, peut embellir son environnement comme ce sera le cas pour le Poste Source EDSB en lieu et place d’une ancienne friche industrielle ErDF.

Lorsque les bâtiments seront hors d’eau et hors d’air, l’entreprise Rey de Villard-Saint-Pancrace pourra commencer l’équipement électrique, l’objectif étant de terminer les bâtiments avant l’hiver prochain afin que les équipements industriels intérieurs puissent continuer pendant l’hiver pour une mise en service définitive courant 2017.

Un petit rappel technique : un poste source est un ouvrage électrique qui permet de se raccorder sur une ligne très haute tension exploitée par RTE (Réseau de Transport d’Électricité) pour soutirer ou injecter de l’énergie qui est ensuite distribuée aux clients finals. EDSB a fait le choix de cet investissement car l’alimentation actuelle des communes de Briançon et Saint Martin de Queyrières arrive à la limite de sa capacité technique. EDSB se doit d’anticiper : c’est sa mission principale de Gestionnaire de Réseau de Distribution (GRD) qui a la responsabilité de garantir et de sécuriser en permanence l’alimentation électrique de ses clients.

Il est à noter que cet investissement ne changera pas le prix de l’électricité, et que son intérêt, d’un point de vue technique, est multiple pour les clients qui y seront raccordés. On peut citer par exemple :

  •  la sécurisation de l’alimentation globale quels que soient les aléas climatiques (grande vague de froid par exemple),
  •  
  • l’assurance à court et à long terme, quel que soit le développement des communes, d’être en capacité de raccorder et de fournir tout nouveau client
  •  
  • la diminution des pertes en ligne du fait de la position centrale de l’injection.

En résumé, cet équipement, qui allie sécurité électrique, développement économique et préservation de l’environnement, est un projet nécessaire, visionnaire, qui préserve l’avenir et s’intègre harmonieusement dans le paysage local.

 

Des tarifs bleus toujours plus verts… (février 2016)

La centrale du Fontenil (ici le dessableur), qui fournit de l'énergie renouvelable aux habitants de Briançon et Saint-Martin de Queyrières.
La centrale du Fontenil (ici le dessableur), qui fournit de l'énergie renouvelable
aux habitants de Briançon et Saint-Martin de Queyrières.

Les tarifs de l’électricité ont revêtu depuis plusieurs années des couleurs bien identifiées. Du bleu au vert, en passant par le jaune, les tarifs réglementés de vente d’électricité étaient fixés par arrêté ministériel et chaque consommateur, depuis 2007, avait le choix d’opter soit pour ces tarifs régulés soit pour des tarifs issus du marché boursier proposés par des fournisseurs différents.

La fourniture d’énergie renouvelable, produite par les moyens propres d’EDSB est entièrement dédiée à alimenter les clients de son territoire historique qui ont opté pour un tarif règlementé, encadré et contrôlé par la Commission de Régulation de l’Énergie, autorité nationale, véritable gendarme du marché de l’énergie.

Ainsi, encore en 2015, quasiment 50 % de l’alimentation des clients d’EDSB, tous fidèles au tarif réglementé, provenait des centrales hydro électriques et photovoltaïques installées sur Briançon et Saint Martin de Queyrières.

Depuis le 1er janvier 2016, comme le prévoyait la loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Électricité) en 2010, les tarifs jaunes et verts, de puissance souscrite supérieure à 36 kVA, ne bénéficient plus d’un tarif règlementé de vente et les titulaires de ces contrats (collectivités ou entreprises) doivent contractualiser, avec un fournisseur, une offre de marché.

Ainsi, les clients jaunes et verts d’EDSB ont rejoint EDSB l’agence, la filiale à 100% d’EDSB dédiée aux offres de marché, ou ont contractualisé avec d’autres fournisseurs alternatifs. Ce qui a pour conséquence que l’ensemble des moyens de production d’énergie renouvelable du territoire briançonnais se concentre désormais sur les seuls clients demeurés au tarif réglementé, à savoir les particuliers ou professionnels dont la puissance souscrite est inférieure à 36 kVA.

Ces abonnés d’EDSB, pour la plupart des particuliers, sont donc dès 2016 alimentés par une énergie produite, en volume, à plus de 80% par des moyens propres et respectueux de l’environnement, une énergie verte au service des tarifs bleus…

Peu de consommateurs en France peuvent, aujourd’hui se prévaloir de consommer de l’énergie verte pour plus de 80% de leurs besoins.

 

Le temps de coupure en 2015 à Briançon et Saint Martin de Queyrières. (février 2016)

L'intervention au hameau de Bouchier
L'intervention au hameau de Bouchier.

Le « zéro défaut » n’existe pas  pour le fonctionnement des réseaux électriques et donc pour la disponibilité de l’électricité dans chaque foyer. La mesure du temps de coupure moyen par client est une bonne manière de mesurer la performance du réseau de distribution d’électricité. L’analyse des incidents permet de prévoir les investissements et les actions qui permettront une amélioration.

Le temps moyen de coupure par client sur les concessions dont EDSB est responsable est de 15,55 minutes en 2015 soit un quart d’heure d’indisponibilité de l’électricité au cours de toute l’année.
Lorsqu’on compare avec d’autres gestionnaires de réseaux de distribution d’électricité en France, on s’aperçoit que ce temps de coupure est parmi les plus brefs en France.

Comment EDSB peut-elle afficher un aussi bon résultat ? Plusieurs moyens permettent d’y arriver :

  • la structure des réseaux,
  • la réactivité de l’exploitation,
  • la surveillance de l’environnement,
  • les investissements réguliers.

La structure des réseaux, essentiellement souterraine à Briançon et uniquement en câble isolé pour l’aérien en basse tension à Briançon et Saint Martin de Queyrières, diminue la sensibilité aux intempéries. À cela s’ajoute la présence d’interrupteurs commandés à distance, qui permettent une recherche de défaut et une réalimentation rapide en cas d’incident.
Cette structure résulte d’une politique d’investissement continue depuis une dizaine d’années.

Pour illustrer la réactivité de nos équipes, un exemple :

24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, plusieurs agents d’EDSB sont d’astreinte et capables d’intervenir à tout moment afin d’assurer une qualité de service dépannage de haut niveau. Très récemment, dimanche 24 janvier à 18h13, un défaut sur le relais TDF du hameau de Bouchier a entrainé une coupure à Saint Martin de Queyrières et dans les hameaux de Chamandrin et Saint Blaise à Briançon.

Dix-neuf minutes plus tard, la moitié des clients coupés retrouvaient l’électricité ; à 18h37 la plupart des clients de Saint Martin de Queyrières étaient réalimentés, ceux de Sainte Marguerite ont retrouvé l’électricité à 19h02. Le hameau de Villard Meyer a pu bénéficier de l’installation d’un groupe électrogène avant la réparation définitive du lendemain. Cet incident se solde par un temps moyen de coupure par client de 3,68 minutes pour la concession et cela pour une cause due à un tiers et indépendante de la volonté d’EDSB.

La surveillance de l’environnement se caractérise par les Déclarations d’Intention de Commencement de Travaux (DICT) auxquelles répond EDSB.
En 2015, 294 DICT ont fait l’objet d’une analyse et d’une réponse circonstanciée. Nos agents se sont déplacés 182 fois pour tracer le cheminement des câbles au sol avant les travaux d’autres entreprises (eau, assainissement, télécom, etc.). En plus de ces repérages, 49 déplacements d’urgences ont été nécessaires afin d’assurer la sécurité des intervenants pour le compte d’autres gestionnaires de réseaux.

Enfin, les investissements réguliers permettent de maintenir un réseau en bon état de fonctionnement avec des technologies modernes pour rendre les meilleurs services à tous les clients. Le dernier investissement en cours d’EDSB est la construction d’un poste sur le site des Sagnes afin de sécuriser l’alimentation de la concession pour les prochaines décennies.
EDSB a fait le choix de cet investissement car l’alimentation actuelle des communes de Briançon et Saint Martin de Queyrières arrive à la limite de sa capacité technique. EDSB se doit d’anticiper, c’est sa mission principale de Gestionnaire de Réseau de Distribution (GRD) qui a la responsabilité de garantir et sécuriser en permanence l’alimentation électrique de ses clients. Cet investissement ne changera pas le prix de l’électricité, et son intérêt, d’un point de vue technique, est multiple pour les clients qui y seront raccordés, à savoir :

  • La sécurisation de l’alimentation globale quels que soient les aléas climatiques (grande vague de froid) par une possibilité de soutirage bien supérieure à la situation actuelle.
  • L’assurance à court et à long terme, quel que soit le développement des communes, d’être en capacité de raccorder et de fournir tout nouveau client.
  • L’augmentation du nombre de circuit d’alimentation électrique, ce qui en cas de panne sur l’un deux, diminuera le nombre de clients impactés par une coupure.
  • L’amélioration de la qualité de l’onde électrique.
  • La diminution des pertes en ligne du fait de la centralisation des charges.

La réduction du temps de coupure de l’électricité des clients est le fruit d’un travail de long terme, de vision globale, d’organisation, d’anticipation des situations de crise et d’investissement permanents. La gestion bien maîtrisée par EDSB de l’alimentation électrique sur le territoire de ses concessions participe au confort nécessaire de ses clients et demeure le premier objectif de l’entreprise.

 

 

Réunion publique sur le projet du Gros Riou (janvier 2016)

Vue d'architecte de l'usine
Vue d'architecte de l'usine.

À l’initiative de la commune de Saint-Martin de Queyrières, EDSB a présenté son dernier projet au cours d’une réunion publique à la salle de l’Iscle de Prelles, le vendredi 8 janvier 2016.

Ce nouveau projet hydroélectrique d’une puissance d’environ 500 kW raccordés sur le réseau EDSB permettra une augmentation significative de l’alimentation en énergie renouvelable de la commune.

Un ouvrage de prise d’eau de petite taille sera construit sur le torrent du Gros Riou, et viendra alimenter une conduite forcée de 500mm de diamètre raccordée à une centrale de production située à la sortie du hameau de Prelles.

En contrepartie de cette installation, EDSB versera à la commune de Saint-Martin de Queyrières une redevance calée sur les recettes issues de la vente de l’électricité.

Les participants, très intéressés par ce type d’énergie et d’installation ont ainsi eu l’occasion d’obtenir des informations.

L’année 2016 va désormais être consacrée à la réalisation d’une étude d’impact menée en parallèle au dossier de demande d’autorisation. Il est certain que d’autres réunions de ce type seront organisées.

 

 

2016 : Meilleurs Vœux à tous ! (janvier 2016)

EDSB, entreprise historique du territoire Briançonnais, a dû engager une politique de diversification depuis bientôt 5 ans afin de rester une société performante, à l’écoute de ses clients, de ses actionnaires et de ses salariés. C’est ainsi que le « groupe » EDSB est constitué de :

  • La SEM SEVE (Soleil Eau Vent Énergie) en partenariat avec les collectivités locales du Briançonnais : cette société se porte bien et son résultat, devenu nettement positif en 2015 est prometteur pour l’avenir. Cette entreprise, à l’actionnariat citoyen, développe l’équipement en panneaux photovoltaïques des toitures de bâtiments collectifs dont elle multiplie le nombre. Elle étudie également la construction de petits aménagements hydro électriques.
  • La SAS BBE (Briançon Biomasse Énergie) est titulaire d’une Délégation de Service Public pour construire puis exploiter une chaufferie bois centralisée sur la zone de Colaud et un réseau de chaleur qui desservira de nombreux établissements de Briançon. Ce projet, ambitieux pour la région, et reconnu comme très bénéfique pour l’environnement et l’économie locale par les instances compétentes, est hélas entravé actuellement par un recours formulé par une association de riverains. Il devrait cependant très bientôt voir le jour.
  • La SEM EDC (Énergie Développement Cervières) créée avec la commune intéressée, va démarrer la construction d’une nouvelle centrale hydro électrique en amont de celle du Randon actuellement déjà exploitée par EDSB.
  • Enfin la filiale 100% EDSB, nommée EDSB l’agence, qui commercialise désormais l’électricité en dehors du territoire du Briançonnais, suite à la disparition des tarifs règlementés de vente pour les professionnels. De nombreux contrats signés en 2015 laisse également envisager un avenir propice pour le développement de cette nouvelle activité.

C’est donc au nom d’EDSB mais aussi de l’ensemble des sociétés au sein desquelles elle est actrice, que je vous présente mes Vœux les Meilleurs pour cette année 2016, à vous et à vos proches.

Sans doute la COP21 annonce-t-elle les prémices d’une nouvelle façon de vivre pour notre humanité, ainsi qu’une éthique à laquelle votre fournisseur historique adhère déjà depuis plusieurs années.

Marc Platon

 

Meilleurs Vœux !